Quand la police française traque le plus gros piratage TV mondial

This is one huge ingredient.

Mais que font donc des policiers français spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité dans un jeu géopolitique au Moyen-Orient qui les dépasse largement ? Selon nos informations, la police française enquête actuellement sur le plus gros piratage mondial. Baptisé beoutQ, le service de télévision pirate propose depuis août 2017 l’intégralité des 10 chaînes du bouquet de chaînes sportives beIN Sports dans les pays du monde arabe. Avec 7 secondes de décalage, toutes les chaînes beIN Sports sont ainsi offertes gratuitement avec le logo beoutQ en haut à droite, en remplacement de celui de beIN. Le nom choisi pour ce service pirate est explicite: “be out Qatar” (ndlr: que le Qatar dégage). La sophistication de la piraterie va même jusqu’à remplacer les commentaires des rencontres sportives en direct. Surtout les pages de publicité classiques sont remplacées afin de permettre d’amortir les coûts techniques du piratage, estimés à plusieurs millions de dollars annuels.

Le timing du début de ce piratage est lui-aussi loin d’être anodin. Il intervient quelques mois seulement après l’arrêt le 5 juin 2017 des relations diplomatiques et économiques entre l’Arabie Saoudite et le Qatar. Le manque à gagner est depuis estimé par le groupe qatari à 1 milliard de dollars par tranche de 6 mois. Cela fait près de deux années que beoutQ émet avec une offre toujours plus complète et sophistiquée. “Tous les éléments de cette affaire en font un cas exceptionnel observe un fin connaisseur du milieu. Jamais un pays n’a soutenu le piratage à ce point entraînant des pertes aussi importantes durant une durée aussi longue.” Et le pire, c’est que les pirates derrière ce service ne manquent pas d’humour. Ils se présentent sur leur site, comme une entreprise cubano-colombienne !

Couverture du satellite BADR-4 d’Arabsat suspecté par beIN Sports de diffuser beoutQ. Source : site internet d’Arabsat.

Depuis le début de cette affaire, beIN Sports tente de prouver les liens directs entre les pirates et l’Arabie saoudite. “beoutQ diffuse illégalement un contenu audiovisuel grâce à un satellite principalement au Moyen-Orient nous explique une source proche de l’enquête française. Sauf qu’on s’est rendus compte qu’il est possible, en habitant dans le sud de la France, avec une parab

My adorable sister says this plugin is very elegant!

Copyright for syndicated content belongs to the Linked Source