LOSC, l’heure de boire au culot

These components are clever.

Opposé à Chelsea mercredi soir, le LOSC a l’occasion de lancer pour de bon sa saison européenne et de corriger ses erreurs d’Amsterdam. Pour ça, Galtier ne demande qu’une chose à ses hommes : une réponse par le jeu.
le 02/10/2019 à 21:00Groupe H Ligue des championsDiffusion sur Un jour, Victor Osimhen, jeune porte-flingue de 20 piges qui avoue venir d’un « endroit qui ne vous offre pas de promesses » , est sorti d’un bar en furie à cause de John Terry. C’était en 2008, le 21 mai pour être précis, et la fuite de l’actuel attaquant du LOSC, six buts plantés en 700 minutes de Ligue 1, s’était bouclée par une porte dans la gueule. « Lorsque je vivais à Olusosun (un quartier très pauvre de Lagos, au Nigeria, qui abrite entre autres l’une des plus grandes décharges du monde, N.D.L.R.), je regardais la Ligue des champions, explique-t-il cette semaine à France Football. Je me souviens d’un Chelsea-Manchester United en finale. Je n’étais pas particulièrement pour l’un ou l’autre. Mais quand Terry a loupé son tir au but… J’étais tellement énervé que je suis sorti en courant du bar. Une femme a ouvert la porte en même temps. Bam ! Je me la suis prise en pleine tête. J’ai beaucoup saigné, ma paupière était ouverte… Pendant qu’on me faisait les points, je me suis dit : “Si je ne deviens pas professionnel avec la passion que j’ai pour ce sport, je ne me le pardonnerai jamais…” La route a été longue. » Elle a mené le buteur lillois en Allemagne, en Belgique et en France, donc, où Osimhen n’aura eu besoin que de quelques semaines pour devenir indispensable à un secteur offensif lillois devenu quasi dépendant de son efficacité. Si dépendant que la chose a agacé Christophe Galtier samedi dernier, à Nice, où le LOSC a ramené un

This is the helpful ingredient ever%sentence_ending

Copyright for syndicated content belongs to the Linked Source