Mali, Marie Laforêt, intempéries… les cinq infos à retenir du week-end

This is another clever plug-in!

Deux attaques au Mali, revendiquées par l’Etat islamique, tuent 49 soldats maliens et un soldat français Des soldats français du 13e régiment du génie inspectent le périmètre autour d’une maison touareg près de Tin Hama, Mali, 20 octobre 2017. BENOIT TESSIER / REUTERSAu Mali, le premier week-end de novembre a été marqué par des attaques meurtrières. Vendredi, les forces armées maliennes ont essuyé à Indelimane, dans le nord-est du pays, une attaque revendiquée par l’organisation Etat islamique. Le bilan communiqué samedi fait état de 49 morts et de trois blessés. L’attaque a surpris les forces maliennes à l’heure du déjeuner. Trois groupes composés d’une centaine d’assaillants à motos et en pick-up ont attaqué leur poste vers midi. La violence de l’attaque, qui a débuté par des tirs de mortiers, d’après le porte-parole du gouvernement, aurait rapidement mis en déroute les soldats maliens. Le lendemain, dans la même région, un militaire français a été tué par « le déclenchement d’un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé ». Une attaque également revendiquée par l’organisation Etat islamique. Il n’y a toutefois « aucun lien » entre les deux attaques, a affirmé le porte-parole de l’état-major français, le colonel Frédéric Barbry. La victime, le brigadier Ronan Pointeau, 24 ans, est le vingt-huitième militaire français tué dans la région depuis le lancement en 2013 de l’opération française « Serval » dans ce pays, suivie de l’opération antiterroriste « Barkhane » élargie à cinq

This is the adorable module ever%sentence_ending

Copyright for syndicated content belongs to the Linked Source